Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale

> Accueil > Rapports officiels externes > Parlement > La lutte contre la pauvreté et l’exclusion : une responsabilité à partager

La lutte contre la pauvreté et l’exclusion : une responsabilité à partager

Imprimer cette page

[21 juillet 2008]

En janvier 2008, le Sénat a autorisé la création d’une mission commune d’information sur les politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Elle avait vocation à analyser les causes et les composantes de la pauvreté qui perdure en dépit des moyens pourtant non négligeables affectés à sa réduction, à démêler l’entrelacs des procédures, à tenter d’y voir clair dans le maquis des multiples acteurs concernés : administrations centrales et déconcentrées, Etat et collectivités territoriales aux compétences plus incertaines que croisées, associations de toute nature appelées à pallier les carences de l’Etat, organismes consultatifs les plus divers, observatoires et instituts statistiques sources de doublons, fonds bruxellois dont les crédits considérables sont loin d’être consommés dans leur totalité…

Les développements du rapport sont consacrés aux outils permettant de mieux mesurer la pauvreté et l’exclusion, ainsi qu’au nécessaire développement des politiques préventives et actives en faveur de l’insertion durable. La mission s’interroge ensuite sur le rôle de l’école dans la réduction de la pauvreté et dans la prévention de l’exclusion sociale, et consacre un volet spécifique à l’insertion économique qui doit devenir une priorité. Elle rappelle enfin la complexité de la gouvernance de la lutte contre l’exclusion et propose une indispensable simplification en ce domaine, notamment au plan territorial.

Le document de travail, réalisé par le service des études économiques du Sénat, à la demande de nos collègues Christian Demuynck, président de la Mission commune d’information sur les politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, et Bernard Seillier, rapporteur, expose la méthode française de mesure de la pauvreté. Cette analyse des indicateurs existants se veut une « boîte à outils » pour apprécier le tableau de bord d’objectifs chiffrés que le gouvernement met actuellement en place autour de l’indicateur central choisi, celui de « pauvreté ancrée dans le temps ». Elle évoque quelques pistes d’amélioration des mesures existantes, dans le sens d’une meilleure prise en compte des dimensions non monétaires de la pauvreté d’une part, et d’une meilleure lisibilité des disparités existant au plan local d’autre part.

Lire le rapport - tome 1

Lire le rapport - tome 2 : Auditions et déplacements

Lire le document de travail - La mesure de la pauvreté et de l’exlusion sociale : quels indicateurs ?

Mentions légales  ¦  Fil RSS  ¦  Plan du site  ¦  Twitter