Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > DROITS FONDAMENTAUX : Education, Emploi, Logement, Santé, Non-recours, Inégalités > Santé > INSEE – L’espérance de vie par niveau de vie : chez les hommes, 13 ans d’écart entre les plus aisés et les plus modestes

INSEE – L’espérance de vie par niveau de vie : chez les hommes, 13 ans d’écart entre les plus aisés et les plus modestes

Imprimer cette page

[9 février 2018]

En France, les écarts d’espérance de vie selon la catégorie sociale sont analysés de longue date, et plus récemment, l’analyse a été aussi menée par niveau de diplôme (Insee première n°1584). En revanche, faute de données disponibles, peu d’études s’intéressant à l’espérance de vie par niveau de vie ont été produites. Or, grâce à l’ajout des données sociofiscales dans l’échantillon démographique Permanent (EDP), l’Insee est désormais en mesure de réaliser ce type d’étude en population générale.

La première de ces études, menée par Nathalie Blanpain et parue le 6 février 2018, donne donc à voir qu’il existe en France une corrélation entre le niveau de vie et l’espérance de vie : plus une personne est aisée, plus son espérance de vie est élevée. On notera toutefois une incidence différenciée entre les plus aisés et les plus modestes, pour lesquels elle est plus forte que pour les premiers : en effet, aux alentours d’un niveau de vie de 1 000 euros par mois, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an d’espérance de vie en plus chez les hommes et 0,7 an chez les femmes, tandis qu’aux alentours d’un niveau de vie de 2 000 euros par mois, l’écart de gain d’espérance de vie pour 100 euros supplémentaires n’est plus que de 0,3 an et 0,2 an.

On constate en outre des écarts très différents entre les hommes et les femmes : entre les 5 % les plus aisés et les 5 % les plus pauvres, cet écart est de 8 ans pour les femmes (88,3 ans contre 80 ans), là où il est de 13 ans pour les hommes (84,4 ans contre 71,7 ans). Ainsi, si les hommes vivent en moyenne moins longtemps que les femmes quel que soit le niveau de vie, l’écart d’espérance de vie entre hommes et femmes est deux fois plus important chez les plus modestes (8,2 ans) que chez les plus aisés (3,9 ans). Chez les plus modestes, les hommes vivent donc beaucoup moins longtemps que les femmes, en comparaison des plus aisés.

Avec des effets plus modestes, le diplôme joue également un rôle dans l’espérance de vie. En effet, à niveau de vie égal, plus une personne est diplômée, plus son espérance de vie est élevée. Des deux facteurs, toutefois, le niveau de vie reste néanmoins le plus important, si bien qu’avec ou sans diplôme, plus on est aisé, plus l’espérance de vie augmente.

Les fortes amplitudes des écarts d’espérance de vie observés inquiètent, tant elles semblent traduire à plus d’un titre les fortes inégalités présentes dans le pays.

Consulter l’étude L’espérance de vie par niveau de vie de Nathalie Blanpain sur le site de l’Insee

Sur le même sujet, voir aussi la thèse de Camille Ouvrard, Précarité, vieillissement cognitif et fragilité : approche épidémiologique. Psychologie. Université de Bordeaux, 2017.

Image : Insee

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦