Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > PAUVRETE : Conditions de vie, Mesure de la pauvreté, Politiques publiques, Populations > POPULATIONS : Enfants et jeunes (dont issus de l’aide sociale à l’enfance), Personnes handicapées, Familles, Femmes, Personnes sans-domicile, "Publics invisibles", Migrants et gens du voyage, Retraités et personnes âgées > Publics invisibles > L’invisibilité sociale selon les travailleurs sociaux : publics et mécanismes

L’invisibilité sociale selon les travailleurs sociaux : publics et mécanismes

Imprimer cette page

[18 novembre 2015]

Dans une étude exploratoire précédemment menée par FORS pour l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) sur les publics invisibles, les ressorts d’une invisibilité « institutionnelle » qui renvoyait notamment au rôle joué par l’organisation de l’action sociale en France avait été mis au jour.

Pour FORS, qui a continué ce travail, poser la question de l’invisibilité sociale, de ses sources, processus et conséquences, ne saurait se faire sans convoquer la question de la perception et des expériences des travailleurs sociaux eux-mêmes.

D’une part, les travailleurs sociaux pourraient apparaître comme potentiellement co-producteurs de l’invisibilisation sociale. Et dans le même temps, ces mêmes acteurs de terrain peuvent être les témoins et les vigies de phénomènes sociaux jusque-là peu appréhendés, être par l’expérience des interrogateurs pertinents des découpages et catégories administratives inopérantes et participer d’une veille sociale au sens plein du terme.

Dans cette nouvelle étude, c’est donc l’invisibilité aux yeux des travailleurs sociaux et plus largement des institutions qui est interrogée.

Lire l’étude de FORS

titre documents joints

RAPPORT_travailleurs_sociaux_FORS.pdf (PDF - 474 ko)

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦