Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > PAUVRETE : Conditions de vie, Mesure de la pauvreté, Politiques publiques, Populations > Mesure de la pauvreté > Enquête de l’OCDE : Les enfants pauvres dans les pays riches : pourquoi nous avons besoin d’une action politique

Enquête de l’OCDE : Les enfants pauvres dans les pays riches : pourquoi nous avons besoin d’une action politique

Imprimer cette page

[9 novembre 2018]

L’enfance est une période critique pour le développement du capital humain et social des individus. Toutefois, malheureusement, beaucoup d’enfants sont confrontés très jeunes aux phénomènes de pauvreté. Celle-ci influe sur leurs conditions de vie matérielles, la qualité des relations avec leurs parents, leur santé, et leur réussite scolaire. Plus tard, elle a un impact sur leur intégration dans le marché du travail ainsi que leurs perspectives professionnelles. Combattre efficacement la pauvreté infantile est essentiel à l’amélioration du bien-être de la famille et de l’enfant, et favoriser la croissance inclusive à l’avenir.

La pauvreté des enfants n’est pas un nouvel enjeu politique, mais elle a reçu une attention renouvelée après l’adoption des Objectifs de Développement Durables – qui compte notamment l’objectif SDF 1.2 [1]

L’OCDE est membre de la Coalition mondiale de lutte contre la pauvreté des enfants [2] qui est une initiative globale visant à sensibiliser les populations à la pauvreté des enfants dans le monde, et à soutenir l’action mondiale et nationale pour la réduction de la pauvreté et atteindre l’objectif SDF 1.2.

Les points qu’il faut retenir :

  • En moyenne, dans les pays de l’OCDE, un enfant sur sept vit dans une situation de pauvreté monétaire. Les taux de pauvreté infantile sont particulièrement hauts au Chili, en Israël, en Espagne, en Turquie, et aux États-Unis.

  • La pauvreté infantile augmente dans de nombreux pays de l’OCDE : les taux de pauvreté infantile ont augmenté dans près de deux-tiers des pays de l’OCDE depuis le début de la Récession de 2007-2008.

  • La profondeur et l’intensité de la pauvreté ont augmenté dans de nombreux pays de l’OCDE ces dernières années. Dans près de deux-tiers des pays analysés, certaines catégories de familles à bas revenus se sont appauvries depuis le début de la crise.

  • Les enfants vivant dans une famille monoparentale sont plus exposés aux risques de pauvreté : ils représentent 39 % des enfants pauvres en 2014, en moyenne, dans les pays de l’OCDE.

  • La promotion du travail parmi les parents à faibles revenus exige un soutien renforcé pour l’accès à des services de garde d’enfants abordables : les familles pauvres sont souvent confrontées à des obstacles à leur reprise de travail, ce qui nécessite une aide aussi appropriée qu’intensive.

  • Une redistribution budgétaire neutre des allocations familiales et des allocations logement aux familles pauvres peut aider à réduire la pauvreté infantile : mais les enfants issus de familles pauvres endurent de nombreuses privations – incluant le mal-logement et un manque d’opportunités éducatives – ce qui appelle une stratégie complète combattant la pauvreté dans toutes ses dimensions.

Lire le dossier sur le site de l’OCDE (anglais)

Notes

[1Réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges souffrant d’une forme ou l’autre de pauvreté, telle que définie par chaque pays d’ici 2030 (cf. https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/poverty)

[2Global Coalition to End Child Poverty

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦