Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > PAUVRETE : Conditions de vie, Mesure de la pauvreté, Politiques publiques, Populations > Conditions de vie > Les personnes aux bas revenus sont plus souvent exposées à l’isolement et à la solitude subie

Les personnes aux bas revenus sont plus souvent exposées à l’isolement et à la solitude subie

Imprimer cette page

[13 septembre 2017]

La solitude – sous les formes de la vie seul.e, de l’isolement relationnel ou du sentiment de solitude –, est un phénomène social en croissance depuis une trentaine d’années, qui concerne aujourd’hui entre 10 % et 15 % de la population française, d’après une note de la Mission Analyse Stratégique, Synthèses et Prospective (MASSP) de la Direction Générale de la Cohésion Sociale.

Si cet accroissement est intrinsèquement lié aux évolutions sociétales et si chacune de ces formes touche différemment la population française, les personnes défavorisées figurent néanmoins parmi les plus représentées. Les auteurs rapportent en effet une corrélation entre le chômage, l’inactivité ou des revenus faibles et les différentes manifestations de ce phénomène, en particulier l’isolement. La solitude que connaissent ces personnes est en outre plus souvent une solitude subie, elle-même en hausse de manière générale. La MASSP s’en inquiète, du fait que cette solitude subie dégrade significativement les parcours de vie individuels aussi bien que la cohésion sociale.

Les dispositifs de lutte contre la solitude et en faveur de la cohésion sociale sont surtout des dispositifs associatifs locaux. Dans ce cadre, l’État s’inscrit de plus en plus comme soutien et pilote de ces dispositifs parfois étendus à l’échelle nationale et travaille à susciter des démarches collaboratives entre les différents partenaires chargés de ces dispositifs.

Note à télécharger au format pdf (17 p.)

MASSP-DGCS - Les trois formes de solitudes (PDF - 540.1 ko)

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦